Le Trophée du Muveran

3090dd234885f502fe34a15b55c8eae2

 

Ski-alpinismeDidier Défago a mêlé hier ses skis à ceux des 1320 participants de la 69eédition de la classique chablaisienne.

«Ça ne m’aurait pas dérangé qu’il y ait un peu plus de neige sur la fin.» Lâché sur le ton de la plaisanterie, évidemment, lequel témoignait du relatif bon état de fraîcheur de Didier Défago hier sur la ligne d’arrivée des Trophées du Muveran, après 5 heures et 27 minutes d’effort.

Par son bémol, le champion olympique de descente faisait référence aux quelques centaines de mètres de course à pied nécessaires, entre le Pont de Nant et Les Plans-sur-Bex, pour terminer la classique chablaisienne. Pas de quoi, cependant, gâcher le plaisir du retraité du Cirque blanc. Lequel ne manquait pas de remercier son frangin et coéquipier Daniel de l’avoir convaincu d’ajouter à son palmarès le fameux Pacheu, vertigineux couloir de 400 m de dénivellation et 47 degrés de pente moyenne emprunté par les concurrents du Trophée classique et du Super Trophée (ceux du plus modeste Trophée de Plan Névé en sont dispensés).

« N’allez pas croire qu’on s’est promené»

Même s’il a «souffert un peu», Didier Défago a trouvé ça «extra». Le duo morginois a même pris le temps de s’immortaliser dans le Pacheu. «Mais n’allez pas croire qu’on s’est promené, nuançait le médaillé d’or olympique de Vancouver. J’ai beau être un «retraité», il suffit qu’on me donne un dossard pour que l’instinct de la compétition se réveille.»

Même si leur complicité a fait merveille hier, Didier et Daniel Défago ne seront pas au départ de la Patrouille des Glaciers, dans trois semaines. Contrairement à bon nombre des 536 équipes inscrites hier sur l’un des trois parcours. Pour Marcel Theux et Steven Girard, le test en vue de la PdG a été concluant. Associés pour la première fois sur le «Muveran», le Valaisan et le Fribourgeois ont remporté le Trophée classique en 3 h 16’ 40”, soit à près d’une demi-heure d’un record que Theux détient avec Alan Tissières depuis 2013 (2 h 48’ 09”). Victorieuses en 4 h 10’ 7” chez les dames, la Gruérienne Séverine Pharisa et la Valaisanne Eugénie Tornay sont elles aussi restées loin du record.

Capacité d’adaptation

Comparaison n’est pas raison, cependant, au niveau des temps, les parcours de cette 69e édition ayant dû être modifiés au dernier moment afin d’éviter certains secteurs qu’une température très clémente (13 degrés aux Plans, à 4 h du matin, lorsque les premiers coureurs se sont élancés) rendait potentiellement dangereux.

Désormais triple vainqueur du «Muveran», Marcel Theux était le premier, sur la ligne d’arrivée, à saluer la capacité d’adaptation de Sylvain Fame, le président du comité d’organisation, et de son équipe: «Non seulement ils ont «sauvé» le Pacheu, mais ils ont réussi à nous proposer un parcours tout aussi intéressant que l’original, ce qui était loin d’être gagné d’avance avec cette météo.»

Elite ou populaire, vrai montagnard ou randonneur du dimanche: une fois de plus, tout le monde a trouvé parcours à sa mesure hier sous les Muverans. (TDG)

Suivez-nous!

Abonnez-vous à notre flux RSS pour ne manquer aucune publication. Suivez-nous aussi sur Twitter ou Facebook.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire